Réaction de BE Vegan suite à l’avis rendu par le Conseil Supérieur de la Santé

Le mardi 2 avril, le Conseil Supérieur de la Santé a publié un avis concernant ce qui est désigné comme étant une « alimentation végétarienne », et comment suivre un régime alimentaire équilibré en fonction de votre situation personnelle. En tant qu’association végane belge, nous estimons qu’il est nécessaire d’apporter quelques nuances à ce sujet. Nous allons résumer pour vous les points les plus importants.

Objectif du rapport du Conseil Supérieur de la Santé

Le Conseil Supérieur de la Santé a établi ce rapport afin de conseiller les végétariens et les végétaliens, pour leur permettre de faire les bons choix nutritionnels en fonction de leur régime alimentaire. Les Belges sont de plus en plus nombreux à adopter un régime végétarien, et nous acclamons également le fait que le Conseil Supérieur de la Santé travaille à apporter des conseils adaptés aux véganes. En revanche, il est incompréhensible que le Conseil communique à propos du véganisme avec tant de précautions, ce qui donne l’impression qu’ils déconseillent ce régime alimentaire. La recherche scientifique montre clairement qu’un régime alimentaire végétal est possible, réalisable et sain pour tous.

Un régime alimentaire varié prévient les carences

Le rapport part du principe que les véganes ont moins de variété dans leur assiette en supprimmant certains produits de leur menu, alors que nous constatons le contraire. Un menu végane typique est très coloré et varié, et les véganes utilisent des ingrédients qui sont rarement consommés par les omnivores comme les légumineuses, les noix, les graines et les amandes. Ce constat est ressorti clairement d’une enquête nationale sur la consommation alimentaire menée en 2014 sur un échantillon représentatif de flamands. Il est pour nous évident que le conseil d’adopter une alimentation variée est pertinent pour tout le monde: « Les régimes alimentaires à base de viande, de poisson, de lait animal etc sont souvent plus déséquilibrés et insuffisants en ce qui concerne les macro- et micronutriments en comparaison avec un régime alimentaire entièrement végétal. Une personne qui adopte de façon éclairée une alimentation végétale variée, a très probablement une alimentation de qualité nutritionnelle supérieure à celle d’une personne omnivore ayant une alimentation omnivore peu diversifiée », selon Elise Mertens – chercheuse en nutrition et diététique à la Haute Ecole Erasme à Bruxelles, collaboratrice scientifique à la VUB et diététicienne indépendante. Varier son alimentation et effectuer un controle régulier chez le médecin est donc un conseil bénéfique pour tout le monde.

« La vitamine B12 est régulièrement mentionnée dans les conseils. En effet, cette vitamine ne se trouve que dans les aliments d’origine animale, car les animaux la reçoivent également sous forme de complément. Notre système alimentaire est donc extrêmement inefficace pour intégrer une vitamine de cette manière. » – Mertens, diététicienne.

un régime alimentaire varié

L’humain a des besoins nutritionnels différents tout au long de sa vie

Dans le rapport, des groupes de personnes différents sont cités, avec des besoins nutritionnels qui varient. Nous résumons ce que cela signifie pour les végétaliens :

  • nourrissons : bien que le Conseil Supérieur de la Santé formule ses avis sur les nourrissons de manière assez indifférenciée, il dit surtout que proportionnellement à leur poids, les nourrissons doivent consommer des graisses, des protéines et des nutriments de qualité en quantité suffisante. Dans l’idéal, ces besoins seront comblés par le lait maternel, qui contient tout cela. Lors du sevrage, il est recommandé d’être accompagné par un diététicien/nutritionniste agréé. BE Vegan rejoint le conseil de partir à la recherche d’un diététitien qui possède des connaissances dans le domaine de l’alimentation végane, mais cela ne doit pas être un obstacle. En Belgique, il y a sur le marché des aliments végétaux complets pour les nourrissons. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’alimentation végane pour les nourrissons et les enfants, vous pouvez vous adresser à la diététitienne Silke Desaever, qui a mis au point une master class autour de ce thème.
  • – femmes enceintes : le rapport stipule que le régime végétalien serait déconseillé durant la grossesse, mais il a pourtant déjà été prouvé que c’est possible. Manger végane tout en étant enceinte est donc certainement possible, « à condition d’être attentif concernant les recommandations à propos des vitamines et des minéraux. » – Evelien Mertens, diététicienne et scientifique. Cette recommandation est tout aussi valable pour les femmes enceintes qui consomment des produits d’origine animale. Par ailleurs, une alimentation suffisamment riche en végétaux est même nécessaire et particulièrement utile durant la grossesse, pour ces effets bénéfiques sur la santé. C’est ainsi que l’alimentation végétale offre une protection contre le diabète gestationnel.
  • enfants scolarisés : selon le rapport, manger végane est possible pour les enfants à condition de surveiller la diversité de protéines végétales et de veiller à ce qu’ils reçoivent les nutriments nécessaires en suffisance, ce qui est évidemment important pour chaque enfant, indépendamment de son régime alimentaire.
  • adultes : le rapport confirme que les adultes peuvent manger végane sans problème.  Une supplémentation en vitamine B12 est cependant recommandée, à compléter par une huile d’algues (oméga 3) et de la vitamine D durant les mois d’hiver.
  • personnes âgées : concernant les personnes âgées, il est précisé qu’elles mangent souvent en moins grandes quantités car leur appétit et leur activité physique diminuent, ce qui peut avoir pour conséquence des carences, indépendamment d’une alimentation végane.

Risques de surexposition à des contaminants tels que les pesticides sur les fruits et légumes

Il est étrange que ce sujet soit abordé spécifiquement, alors que l’on sait que les Belges en général mangent trop peu de fruits, de légumes et de fibres. Le rapport indique tout de même que ces préoccupations sont aussi pertinentes dans le cadre d’une alimentation omnivore.

En ce qui concerne les métaux lourds, l’avis du Conseil Supérieur de la Santé conseille d’être prudent avec les algues et le varech. « Ce e dont on ne parle malheureusement pas, c’est du fait que les poissons gras absorbent également ces métaux lourds et que ceux-ci sont ingérés par l’humain de cette manière. » – Mertens, diététicienne.

La différence entre végétarien et végétalien

Nous remarquons que le Conseil Supérieur de la Santé mélange les termes véganisme et végétarisme. Le rapport fait même référence au véganisme comme s’il s’agissait d’une forme de régime végétarien, ce qui n’est pas exacte. Afin d’éviter toute confusion, nous tenons à préciser où se situe la différence :

  • – Véganisme: Un mode de vie qui a pour objectif d’éviter l’exploitation des animaux à des fins alimentaires, d’habillement, de divertissement, d’expérimentation ou dans tout autre but. (The Vegan Society) Un végane ne consommera donc pas non plus de viande, de poisson ou d’autres animaux comme nourriture, tout comme le lait, les œufs, le fromage, le miel et d’autres ingrédients issues des animaux.
  • Végétarisme : Un régime alimentaire dont les ingrédients be proviennent pas de l’abattage d’animaux, comme de la viande, du poisson, des crustacés et des mollusques. (EVA asbl)

Conclusion

Un régime alimentaire végane et varié peut apporter tous les nutriments nécessaires, à tous les stades du cycle de la vie.

Lire davantage à propos de la santé et du véganisme.

Vous pouvez retrouver ici le rapport complet, publié par le Conseil Supérieur de la Santé.

Voici le résumé du rapport du Conseil Supérieur de la Santé.

une alimentation végane variée et saine

Sources :

Barber, T. M., Kabisch, S., Pfeiffer, A., & Weickert, M. O. (2020). The Health Benefits of Dietary Fibre. Nutrients, 12(10), 3209. https://doi.org/10.3390/nu12103209

Castro-González, M. I., & Méndez-Armenta, M. (2008). Heavy metals: Implications associated to fish consumption. Environmental toxicology and pharmacology, 26(3), 263–271.

https://doi.org/10.1016/j.etap.2008.06.001

Domínguez-López, I., Yago-Aragón, M., Salas-Huetos, A., Tresserra-Rimbau, A., & Hurtado-Barroso, S. (2020). Effects of Dietary Phytoestrogens on Hormones throughout a Human

Lifespan: A Review. Nutrients, 12(8), 2456. https://doi.org/10.3390/nu12082456

Lebacq T. Vlees, vis, eieren en vervangproducten. In: Bel S, Tafforeau J (ed.). Voedselconsumptiepeiling 2014-2015. Rapport 4. WIV-ISP, Brussel, 2016.

Melina, V., Craig, W., & Levin, S. (2016). Position of the Academy of Nutrition and Dietetics: Vegetarian Diets. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, 116(12), 1970–1980. https://doi.org/10.1016/j.jand.2016.09.025

Mullins, A. P., & Arjmandi, B. H. (2021). Health Benefits of Plant-Based Nutrition: Focus on Beans in Cardiometabolic Diseases. Nutrients, 13(2), 519. https://doi.org/10.3390/nu13020519

Piccoli, G. B., Clari, R., Vigotti, F. N., Leone, F., Attini, R., Cabiddu, G., Mauro, G., Castelluccia, N., Colombi, N., Capizzi, I., Pani, A., Todros, T., & Avagnina, P. (2015). Vegan-vegetarian diets

in pregnancy: danger or panacea? A systematic narrative review. BJOG : an international journal of obstetrics and gynaecology, 122(5), 623–633. https://doi.org/10.1111/1471-0528.13280

Pistollato, F., Sumalla Cano, S., Elio, I., Masias Vergara, M., Giampieri, F., & Battino, M. (2015). Plant-Based and Plant-Rich Diet Patterns during Gestation: Beneficial Effects and 6 Possible Shortcomings. Advances in nutrition (Bethesda, Md.), 6(5), 581–591. https://doi.org/10.3945/an.115.009126

Reed, K. E., Camargo, J., Hamilton-Reeves, J., Kurzer, M., & Messina, M. (2021). Neither soy nor isoflavone intake affects male reproductive hormones: An expanded and updated meta-

analysis of clinical studies. Reproductive toxicology (Elmsford, N.Y.), 100, 60–67. https://doi.org/10.1016/j.reprotox.2020.12.019

Schiattarella, A., Lombardo, M., Morlando, M., & Rizzo, G. (2021). The Impact of a Plant-Based Diet on Gestational Diabetes: A Review. Antioxidants (Basel, Switzerland), 10(4), 557.

https://doi.org/10.3390/antiox10040557

Sebastiani, G., Herranz Barbero, A., Borrás-Novell, C., Alsina Casanova, M., Aldecoa-Bilbao, V., Andreu-Fernández, V., Pascual Tutusaus, M., Ferrero Martínez, S., Gómez Roig, M. D., &

García-Algar, O. (2019). The Effects of Vegetarian and Vegan Diet during Pregnancy on the Health of Mothers and Offspring. Nutrients, 11(3), 557. https://doi.org/10.3390/nu11030557